Une religieuse à se damner…

On commence cette semaine par un point sur ma gourmandise qui semble très accrue pendant cette grossesse. Je ne vous parle pas de la gourmandise légère comme on a tous lorsqu’on reprend une part de dessert ou qu’on s’accorde un petit grignotage. Je vous parle de la Gourmandise qui s’apparente à une obsession, vous vous levez le matin, vous en avez envie, au moindre moment de libre vous y pensez. Vous voyez de quoi je parle ? Rassurez-moi, dites-moi que ça vous arrive j’ai l’impression de devenir folle…

Mes envies de grossesse

Pour Lucas, c’était le melon, la charcuterie et le Mc Flurry Daim caramel.

Pour Sasha, c’était le Mc Flurry nature… mais toujours la charcuterie.

Et là, à priori pas d’envie folle de Mc Flurry, toujours et encore la charcuterie mais des envies de religieuses au caramel beurre salé servi au Restaurant du Radisson Blu.

Petit point, ceci n’est PAS un post sponsorisé et mes liens avec le Radisson Blu de Nantes n’ont rien avoir avec cet article, d’ailleurs je paie moi-même avec mes petits sous toutes mes religieuses

L’histoire de la Religieuse

Toute cette folie est partie à cause des Bobos Nantais qui m’ont parlé un jour de cette religieuse. En effet, ils s’étaient offert un repas à L’Assise et l’un et ils avaient commandé des desserts différents afin de pouvoir goûter à plusieurs choses et ils étaient censés partager. Mais lorsque LA religieuse est arrivée, ce fût une révélation et il fût hors de question de partager cette merveille dont j’entends encore parler…

Lorsque nous avons décidé de céder à la tentation après un très bon repas, prévenus de la folie et de la pointe d’égoïsme que cette religieuse pouvait déclencher, Chéri Chéri et moi-même avons commandé chacun la nôtre. Et là, elle est arrivée…

 

Fière, sublime et magnifique.

Élégante et sans fioriture, elle se suffit à elle-même. La cuiller coupe le petit chou croquant juste comme il faut, pour s’enfoncer ensuite dans cette crème légère et savoureuse au goût de caramel. Un morceau de chocolat nous retient avant le second choux comme pour s’accorder une petite pause entre l’entrée et le plat. Puis on s’attaque à la pièce principale, un chou aussi croquant que le premier mais cette fois, il est rempli d’une crème plus épaisse, au goût plus intense. Il laisse en bouche de délicates saveurs. Et lorsque que vous portez en bouche cette dernière cuiller, celle qui pourrait avoir un goût de trop peu ou de pas assez, vous touchez le paradis.

Je suis revenue le lendemain pour en manger une, puis la semaine d’après… Je crois que je suis addict! HELP!