Une grande histoire dans l’humanité est à faire passer à tout public et dans des écoles et dans des établissements secondaires dans le monde. Une histoire à ne pas oublier à tout à chacun. Que l’on soit face à des guerres nucléaires, des armes moins ou lourdes, on ne peut effacer ces événements qui marquent nos parents et nos enfants.

Une petite histoire de ce débarquement

Le débarquement a eu lieu après minuit le 10 juillet 1943. Les forces américaines, britanniques et canadiennes ont débarqué entre Licata et Cassibile, près de Syracuse, envahissant 160 km de côte. L’invasion du débarquement alliés Sicile employait 180 000 hommes et ce fut le plus grand débarquement jamais effectué en une seule journée. Les raisons qui ont conduit les Alliés à décider d’ouvrir un deuxième front en Europe sont le résultat d’un compromis difficile. Staline a été la cause principale de cette décision. Le dictateur russe a exigé, à juste titre, un soutien plus important des Alliés. L’Union soviétique a subi plus de pertes que toutes au cours des trois dernières années de guerre et demande depuis longtemps que les États-Unis et l’Angleterre interviennent en Europe pour alléger son engagement. Les Britanniques et les Américains ne sont pas d’accord sur la manière de créer un second front. Les premiers ont préféré développer une série de batailles pour distraire les troupes et les moyens des nazis, tandis que les Américains ont préféré concentrer l’attaque sur un seul endroit.

 Question de choix et d’une bonne décision

Le débarquement alliés Sicile a été choisie, après un large débat, parce que l’état-major américain voulait conquérir l’Italie en atteignant le nord et de là, entrer en Allemagne. Le haut commandement soviétique pensait, au contraire, que la guerre en Italie obligerait Hitler à déplacer de nombreuses troupes du front de l’Est et l’Angleterre pensait que la péninsule n’était pas trop importante mais tout aussi nécessaire pour connaître une première attaque massive en Europe. La Sicile était également un territoire facile du point de vue militaire car, malgré le fait qu’il y avait environ 250 000 soldats allemands et italiens, les routes étaient si cahoteuses que le premier débarquement n’aurait pas rencontré une grande résistance et que les renforts et les fournitures auraient mis trop de temps à soutenir les lignes de défense. En réalité, la guerre en Italie aurait eu des problèmes très différents, retardant les plans des Alliés de plusieurs mois.

L’atterrissage à prendre en compte

Le nom de code pour le débarquement alliés Sicile était l’opération Husky. La première partie de l’invasion est venue du ciel. Deux mille parachutistes américains et autant de parachutistes britanniques ont été lancés, mais ils n’ont pas pu atteindre les objectifs qui leur avaient été assignés en raison des conditions météorologiques. Leur but était de neutraliser les défenses des ponts et certains points stratégiques pour permettre aux soldats, qui débarqueraient sur les plages, de se diriger vers les principales villes de Sicile. Les Américains sont dispersés entre Gela et Syracuse et doivent mettre plus de temps pour atteindre les points qui leur ont été assignés. Même les Britanniques ont été surpris par le vent fort, qui dans leur cas a influencé encore plus le mouvement des cibles, car les parachutistes britanniques ont utilisé des planeurs pour atterrir en Sicile. Les planeurs, comme on le sait, sont des avions sans moteur qui sont transportés par d’autres avions près du point où ils doivent atterrir, puis relâchés pour les faire planer avec une liberté de manœuvre limitée de la part du pilote. Par conséquent, l’avantage de pouvoir voler silencieusement était compensé par l’inconvénient de ne pas pouvoir contrôler l’avion. Et avec un vent fort, le résultat a été désastreux.

Des dégâts importants sur le déroulement

De nombreux planeurs sont tombés à la mer et ont coulé, d’autres n’ont pas atteint leurs cibles. Seuls douze ont atterri aux points sensibles qui leur avaient été assignés. L’une de ces cibles était le Grand Pont sur la rivière Anapo. Les Britanniques ont réussi à l’atteindre et à la conquérir en attendant l’arrivée des troupes qui débarquaient sur les plages. Alors qu’en fait, les parachutistes se battaient contre les soldats italiens et allemands, 2 500 navires ont débarqué 180 000 soldats. Les alliés, bien que moins nombreux que leurs ennemis, disposaient d’un nombre de moyens bien plus important. Cependant, le vent fort avait rendu la mer agitée et le débarquement était devenu plus compliqué ; de plus, les troupes débarquées avaient atteint de mauvais points sur la côte. Ce qui avait retardé l’arrivée des renforts que les parachutistes attendaient. À l’est, cependant, les troupes britanniques et canadiennes ont toutes réussi à débarquer et, après le chaos organisationnel, ont réussi à atteindre les parachutistes. À Gela, en revanche, les Américains ont rencontré une forte résistance militaire et, bien que la conquête de la ville ait été rapidement réalisée, les troupes italiennes placées sur les collines et renforcées par les Allemands n’ont pas abandonné facilement. Les Italiens se sont battus toute la journée, ce qui a créé pas mal de problèmes aux troupes américaines. Ce n’est qu’à la fin de la journée, et malgré les renforts allemands, qu’ils ont dû battre en retraite. À l’est, les Britanniques se sont battus vaillamment mais ont été durement touchés par les Italiens qui, après une première confusion, ont fait preuve d’un grand esprit de combat de ce débarquement alliés Sicile.

En résumé, le soir du 10 juillet 1943, tous les objectifs que les Alliés s’étaient fixés ont été atteints. Cependant, il y a eu beaucoup plus de morts que prévu, et les Allemands ont prouvé dès le début qu’ils n’avaient pas l’intention de se rendre. Oui, dès ce premier jour de combat, il était donc évident que la guerre en Italie allait durer beaucoup plus longtemps que ce que les grands États alliés avaient prévu. La Sicile a coûté aux Alliés 25 000 morts et l’utilisation de 15 000 véhicules blindés. Après cinq semaines de combats, la Sicile a été conquise. Plus tard, on comprit que ce front n’était pas fondamental pour la guerre mais qu’il fut au contraire à l’origine de l’arrestation de Benito Mussolini et de son remplacement par le maréchal Badoglio, qui ordonna le passage de l’Italie d’alliée des Allemands à alliée des Britanniques et des Américains.