Les radiations des téléphones portables, les réseaux locaux sans fil (WLAN) et les systèmes DECT altèrent les performances cognitives. Nous sommes tous exposés de manière chronique aux champs électromagnétiques (CEM). Le nombre croissant de données sur les effets sur la santé et l’environnement suscite un débat de plus en plus vif.

Un domaine passionnant qui n’a pas encore été abordé pour a été choisi : la neurologie. Que dit la situation des données sur les effets sur les performances cognitives ? Nous ne voulons pas vous submerger de données d’études, mais nous aimerions vous présenter quelques exemples parmi la multitude d’ouvrages afin de vous donner une meilleure idée des risques.

Préambule et termes génériques

Avec une augmentation de 1018 fois depuis le milieu du 20e siècle, le rayonnement électromagnétique représente la pollution environnementale d’origine humaine qui connaît la croissance la plus rapide – que ce soit par le biais des pylônes radio, des téléphones portables, des réseaux locaux sans fil (WLAN), des téléphones DECT, de la technologie LTE, de l’expansion 5G ou des smartmètres.

Selon certains, la technologie contribue à altérer la performance cognitive. Le fonctionnement des tests réalisés sur les patients repose sur des données de recherche et des études. Les chercheurs réalisent les investigations via des outils de traitement destiné à ordonner les tâches et affiner les performances de l’étude.

Le WLAN et les téléphones sans fil (DECT) altèrent les performances d’apprentissage et de mémoire

Des chercheurs de l’université de Delhi ont pu montrer, lors d’expériences sur des animaux, que le rayonnement subchronique de micro-ondes de faible intensité entraîne une diminution des fonctions cognitives ainsi qu’un stress cellulaire et des lésions de l’ADN dans le cerveau.

Ils ont irradié des rats pendant 90 jours avec des fréquences de 900, 1 800 et 2 450 MHz à très faible intensité et ont ensuite effectué divers tests cognitifs, également sur un groupe témoin de rats non irradiés. Les résultats des tests démontrent que les radiations avaient un impact sur la faculté cognitive.

Non seulement la capacité d’apprentissage et de mémoire s’est détériorée aux trois fréquences, mais dans les échantillons de tissu de l’hippocampe finalement obtenus, les scientifiques ont constaté des ruptures de brins d’ADN et des augmentations de la HSP 70 (protéine de choc thermique), ce qui pourrait expliquer la détérioration des performances du cerveau.

Les dommages ont été les plus prononcés à la fréquence WLAN de 2450 MHz. Après le traitement des données sur les patients, les études prouvent que ces fréquences étaient néfastes sur la mémoire et entrainent des effets indésirables sur les fonctions cognitives. Un autre groupe de recherche avertit qu’en ce qui concerne les rayonnements DECT, l’application du principe de précaution – en particulier avec les groupes de personnes sensibles (bébés, femmes enceintes) – serait absolument recommandée après avoir étudié les effets de l’exposition prénatale et postnatale aux rayonnements d’une station de base DECT de 1 880-1 900 MHz sur le développement des rats.

Les animaux n’ont pas été irradiés du tout, exclusivement en prénatal ou en pré et postnatal avec des valeurs de DAS bien inférieures aux valeurs limites. Dans les deux groupes exposés, des effets négatifs sur l’intégrité de l’hippocampe (perte de cellules pyramidales et surexpression de la protéine de la fibre gliale acide ou GFAP) ont été détectés. Les effets mesurés sur la densité cellulaire pourraient être un corrélat pour les déficits de mémoire.

En outre, les fœtus irradiés présentaient des fréquences cardiaques plus élevées et les caractéristiques somatométriques postnatales ont changé. Les auteurs parlent de dommages irréversibles pendant l’embryogenèse.

Effets du rayonnement des téléphones portables sur les fonctions cérébrales

Dans une autre expérience, des rates gravides ont été exposées à des CEM à 900 MHz, ce qui a également été associé à un comportement d’apprentissage moins bon et à des modifications histopathologiques du tissu cérébral chez les jeunes animaux.

Un effet cytotoxique sur les cellules de l’hippocampe a pu être démontré pour le rayonnement des téléphones portables dans la gamme des radiofréquences de 1 950 MHz (UMTS, W-CDMA).

Cet effet est encore renforcé par la production accrue d’espèces réactives de l’oxygène. Cela pourrait déclencher des maladies neurodégénératives, par exemple la maladie d’Alzheimer. L’exposition chronique au rayonnement des téléphones portables de 900-950 MHz (GSM) a également abaissé le seuil des crises d’épilepsie chez les souris.

La liste de ces données d’études, également sur d’autres effets, tels que le potentiel de cancer ou les dommages à la fertilité, pourrait être poursuivie et étendue – comment se peut-il qu’il n’y ait toujours pas de limites de protection sérieuses et que l’augmentation de l’exposition forcée à ces rayonnements progresse à un rythme rapide, comme on peut l’observer avec l’expansion des 5G ?

Selon l’organisation de protection de l’environnement et des consommateurs contre les rayonnements électromagnétiques, l’une des raisons est que ces données d’étude ne sont pas régulièrement mentionnées dans les rapports des commissions officielles, par exemple le 7e rapport sur la radio mobile du gouvernement fédéral allemand de 2016.

Les membres du Bundestag ne reçoivent tout simplement pas cette partie de l’information.
Un rapport du groupe consultatif sur les rayonnements non ionisants (AGNIR) de 2012, auquel se réfèrent les organisations sanitaires du monde entier, constitue la base de nombreuses lignes directrices officielles.

Une neurophysiologiste anglaise indépendante, Sarah J. Starkey, a publié un article dans la revue Reviews on Environmental Health dans lequel elle a comparé les meilleures preuves disponibles avec le contenu de ce rapport.

Sa conclusion : la situation de l’étude était incorrecte et incomplète. On constate souvent des conflits d’intérêts et des équipes de commissions d’experts aux noms presque identiques au niveau international, ce qui confirme à plusieurs reprises les limites établies et l’innocuité alléguée

Tuyau pour le livre : « Disconnect » de Devra Davis

Le livre à succès « Disconnect » de Devra Davis, PhD, présidente de l’Environmental Health Trust et finaliste des National Book Awards, traite également de ce côté sombre de l’industrie des télécommunications, qui est beaucoup plus vaste et plus influent que le complexe de l’industrie médicale.

Davis écrit, entre autres, que des études indépendantes ont mis en évidence les effets néfastes des rayonnements des téléphones portables environ deux fois plus souvent que ceux financés par l’industrie, mais que ces derniers représentent la majorité. Certains auteurs citent également des tactiques similaires utilisées par l’industrie du tabac pour faire face à ces débats, comme le fait de discréditer les chercheurs qui publient des travaux critiques.

Le comité d’experts du Conseil de l’Europe recommande d’interdire les réseaux locaux sans fil et les téléphones portables dans les écoles. Le Conseil de l’Europe et d’autres experts a conclu, sur la base des preuves disponibles, que les téléphones portables et l’internet sans fil sont potentiellement nocifs pour la santé et qu’une action immédiate est nécessaire, notamment pour protéger les enfants.

Le Conseil de l’Europe rejette donc le WLAN et les téléphones portables dans les écoles. Selon le rapport du Comité, il ne faut pas permettre que les erreurs des professionnels de la santé qui ont déjà échoué à évaluer correctement les risques de l’amiante, du tabac ou du plomb se répètent à l’avenir.