Comment sécuriser un chantier de construction ?

sécuriser un chantier

Publié le : 08 mars 20235 mins de lecture

La construction des bâtiments est un processus dangereux et sujet aux accidents. Avec l’augmentation du nombre de projets entrepris, il est essentiel de sécuriser les chantiers afin de garantir le bon déroulement des travaux. Dans cet article, nous vous présentons les mesures sécuritaires à prendre sur un chantier de construction.

L’identification des risques

Tout travailleur qui s’introduit sur un lieu de construction doit bien comprendre les risques encourus. Autrement dit, il doit être capable d’identifier les dangers et connaître les mesures à appliquer pour les éviter. Selon une étude américaine, mal montés, les échafaudages représentent la première cause d’accidents sur les chantiers. Le contre-maître a pour rôle de vérifier que toute son équipe est bien formée aux normes de sécurité. Un rendement optimal au travail n’est pas l’unique condition pour être autorisé à pénétrer sur un chantier.

Il est vrai qu’au fil du temps, les travailleurs finissent par acquérir le savoir nécessaire pour identifier les risques et les prévenir de manière intuitive. Mais cela ne suffit pas ! Des formations plus précises sont proposées au personnel exerçant sur un site de construction. Cela permet aux travailleurs de mieux apprivoiser leur environnement : une approche nécessaire surtout que les dangers encourus peuvent conduire jusqu’à la mort.

Au bout de cette formation, le personnel parvient à appliquer les mesures essentielles pour se protéger contre les chutes par exemple. Il doit donc vérifier que l’échafaudage est monté conformément aux normes de sécurité physique et de sécurité routière. Parce qu’en réalité, l’insouciance des travailleurs ne représente pas seulement un danger pour leur propre personne et leur collègue, elle peut aussi provoquer des accidents de la route surtout si le site est mal protégé. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter le site virage.com.

Avoir les bons équipements

Sur un site de construction, tout le monde doit porter les équipements de protection individuelle à savoir :

  • Un casque : Dans le secteur du BTP, le port du casque est obligatoire aussi bien pour les constructeurs qui travaillent toute la journée sur le site que pour les visiteurs occasionnels comme l’architecte ou le promoteur. Notez que cet équipement doit également répondre aux normes de sécurité spécifiques au chantier avec une protection anti-heurt ou une isolation électrique par exemple.
  • Les chaussures de sécurité : Ces chaussures doivent protéger les pieds des chocs mais aussi des produits chimiques, du feu et des substances agressives de toute sorte. Elles sont d’autant plus importantes pour la sécurité des travailleurs pendant les travaux de soudage.
  • Les lunettes : Conformément à la réglementation NF EN 166, tous les travailleurs doivent porter un masque avec un indice de résistance bien défini.
  • La protection des oreilles : Souvent négligés, les oreilles sont elles aussi sujettes à des risques sur un chantier. Il faut donc porter des dispositifs de protection compatibles avec le casque.
  • Les gants : Ces accessoires isolent les mains et les protègent ainsi des coupures, brpulures, agressions chimiques et des électrocutions.

En réalité, les mesures de sécurité individuelles sont indissociables des mesures extérieures. Voilà pourquoi les formations proposées aux travailleurs enseignent aussi les équipements à mettre en place pour protéger autrui comme le panneau de signalisation par exemple.

Un suivi continu

La gestion d’un chantier est la responsabilité majeure du maître d’œuvre. Ce manager doit non seulement veiller à ce que le chantier soit parfaitement sécurisé grâce à des panneaux de signalisation implantés dans des zones spécifiques du site, mais il doit aussi assurer le suivi des travailleurs. Ainsi, lorsqu’un employé rejoint le chantier, il doit être accompagné et orienté vers les mesures sécuritaires à prendre pour se protéger lui-même et ne pas constituer de danger pour les autres.

Par ailleurs, le responsable est tenu de dresser la liste du personnel présent sur le chantier et la soumettre aux autorités en cas de contrôle. Désormais, il y a des plateformes en ligne et des applications mobiles spécialement conçues pour faciliter cette tâche. Les données sont facilement introduites dans ces supports numériques.

Pour finir, il ne suffit pas de mener une campagne de sensibilisation aux dangers pour prévenir les risques. Placer des panneaux de signalisation partout et marquer des accès interdit peuvent certes limiter les dégâts, mais la vigilance doit rester constante. Car c’est au moment où on s’y attend le moins que les accidents surviennent. Le rôle du contre-maître revêt donc une importance capitale pour former les travailleurs et surveiller le chantier.


Plan du site